Saturday, November 11, 2017

The Three Principles of the People

Le document étudié s’intitule « The Three Principles of the People » écrit par Sun Yat Sen et traduit par Dun Jen Li est publié dans The Road to Communism : China Since 1912 à New York en 1969. Ce document s’adresse au peuple chinois où Sun Yat Sen énonce les  trois principes du peuple basés sur les idéologies du nationalisme et plus précisément du partie du Guomindang. Il sera défendu plus tard par Chiang Kai-Shek.

Dans l’analyse de Sun Yat-Sen, selon lui le problème fondamental de la Chine est la pauvreté et non la répartition inégale des richesses. Il rompt fortement avec la vision marxiste et dénonce les actions des nations occidentales en Chine car elle reflète l’appréciation de certains aspects du système politique occidentale. Sun Yat-Sen énonce les trois principes du peuple, le nationalisme, la démocratie, et le mode de vie du peuple.

Le premier principe est celui de promouvoir le nationalisme chinois. Sun Yat-Sen fait une comparaison entre plusieurs pays colonisé notamment la Corée qui est colonisé par le Japon et l’Annam colonisé par la France. Or, la Chine elle n’est pas une colonie mais plutôt une sous-colonie, son statut est bien plus inférieur. Sun Yat-Sen dénigre la Chine de cette façon, il touchera plus facilement le peuple chinois les poussant à agir dans cette situation inconfortable que se trouve la Chine.  Il souligne le fait que la Chine est devenu esclave de plusieurs pays. Le fait d’utiliser le mot esclave est très fort ici mais c’est une manière de faire ouvrir les yeux aux chinois dans le but de réinstaurer le nationalisme perdu. Le premier objectif est d’éliminer l’impérialisme afin d’obtenir la paix, et c’est seulement en réinstaurant le nationalisme que la Chine pourra retrouver sa souveraineté. Le second principe énoncé est la démocratie. Sun Yat-Sen conteste l’idée de démocratie des européens qui selon lui est beaucoup trop optimiste. Il remet en question leur démocratie et oppose deux concepts de liberté. Pour les chinois l’hiérarchie est présente dès notre naissance notamment dans la vie de famille, il en déduit qu’il en est de même pour la Chine dans son système politique. D’après Sun Yat-Sen pour obtenir une liberté nationale, il faudrait sacrifier sa liberté personnelle. C’est sur ce point que s’appuie l’auteur afin que la Chine possède une liberté nationale. Il fait également une comparaison à la nature pour démontrer que l’égalité n’apparaît pas dès notre naissance mais la véritable égalité pour lui est celle d'une société démocratique où tous les membres devraient jouir des mêmes droits politiques. Le dernier principe est celui d’une justice sociale. Selon Sun-Yat-Sen la notion de riche n’existe pas en Chine, mais seulement des classes de pauvreté. Il n’existe seulement une pauvreté universelle avec une disparité entre les pauvres et les extrêmement pauvres puisque tous les Chinois sont indéniablement pauvres. Ainsi il rejette les notions de Karl Max de lutte des classes sociales. Nous pouvons remarquer que la notion de socialisme est présente et suggère donc la régularisation des propriétés des terres.

Ainsi, ces trois principes du peuple reflètent donc les attentions et idée forte de Sun Yat-Sen où il avait l’intention de le publier sous la forme d’un ouvrage.



1 comment:

  1. Vous tendez toujours à rendre compte du texte en le résumant, mais vous n'entrez pas dans une étape critique. Rien ne vous surprend dans ce texte? La nature des termes employés? Le caractère excessif du langage? Les jugements à l'emporte-pièce? Tout le monde était pauvre en Chine? La faiblesse de la Chine est-elle due uniquement aux puissances étrangères?

    ReplyDelete